Emprunteur retraité : comment optimiser son assurance-prêt ?

Avec l’allongement de la durée de vie, il n’est pas rare d’être à la retraite et de rembourser en même temps un prêt immobilier. Si les banques peuvent se montrer assez souples avec les emprunteurs séniors, les assureurs en revanche, durcissent souvent les conditions de garantie des prêts. Une raison de plus de changer de compagnie d’assurance ou de renégocier son contrat.

Assurance de prêt
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Assurance de prêt
  4. Emprunteur retraité : comment optimiser son assurance-prêt ?

Emprunteur de plus de 50 ans, des conditions de financement souvent avantageuses

optimiser-assurance-pretAujourd’hui en France, 17 % des 50-60 n’hésitent pas à concrétiser un projet immobilier ni à contracter un prêt pour cela. Du côté des banques, ces acquéreurs représentent une certaine stabilité qui permet d’obtenir des taux d’intérêt souvent plus bas que la moyenne : plus d’enfants à charge, un patrimoine déjà constitué, des revenus fixes même s’ils sont parfois inférieurs à ceux des actifs, sont autant d’indicateurs qui rassurent les organismes financiers.

Les emprunteurs de plus de 60 ans sont quant à eux moins nombreux à sauter le pas, 4 % en moyenne. Dans tous les cas, ce souhait d’acheter à l’approche de la retraite est souvent rythmé par des objectifs similaires : déménager, obtenir plus de confort ou encore développer son patrimoine en vue d’une donation à ses enfants.

Modifier ou résilier son contrat d’assurance emprunteur : c’est possible tous les ans

Il est une charge qui est en revanche un peu plus lourde pour les emprunteurs séniors, celle de lassurance du prêt. En effet, statistiquement, plus les ménages avancent en âge, plus le risque de maladies et de problèmes de santé est élevé. Un risque qui accroît le montant des cotisations de l’assurance emprunteur, qui plus est lorsque le client a déjà des antécédents ou présente un risque aggravé de santé.

Alors que ces anciens actifs doivent déjà supporter le poids de la hausse de la CSG depuis le début de l’année et le montant des pensions de retraite quelque peu ébranlé, renégocier son assurance emprunteur ou même changer d’assureur peuvent être un bon moyen d’équilibrer son budget. Surtout que la législation est plus souple depuis la loi Hamon complétée par l’amendement Bourquin qui permettent de changer d’assurance prêt tous les ans à la date anniversaire du contrat.

Article L113-12 du Code des Assurances : « L’assuré a le droit de résilier le contrat à l’expiration d’un délai d’un an, en adressant une lettre recommandée ou un envoi recommandé électronique à l’assureur au moins deux mois avant la date d’échéance de ce contrat. (…) Le délai de résiliation court à partir de la date figurant sur le cachet de la poste ou de la date d’expédition de l’envoi recommandé électronique ».

Même si dans les faits, il est tout à fait possible de renégocier un contrat d’assurance groupe, comprendre, un contrat conclu avec la banque qui finance le prêt, la démarche est parfois compliquée. Les banques refusent en effet souvent de revoir leurs tarifs à la baisse. Dans ce cas, les ménages ont tout intérêt à faire jouer la concurrence en invoquant l’amendement Bourquin afin d’obtenir des garanties mieux adaptées à leurs besoins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *