Crédit immobilier : les jeunes, chouchous de certaines banques ?

Propice à l’achat d’une résidence principale ou d’un investissement locatif, le climat bancaire actuel exclut pourtant certains profils d’emprunteurs selon leur situation professionnelle et financière. Mais pour les jeunes, souvent primo-accédants, les banques n’hésitent pas à dérouler le tapis rouge quitte à proposer des avantages supplémentaires pour se démarquer de la concurrence.

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Crédit immobilier : les jeunes, chouchous de certaines banques ?

Jeunes, primo-accédants, une clientèle de choix

Nombreux sont les jeunes qui commencent à envisager un achat immobilier une fois leur premier CDI décroché. Si la location est privilégiée au début de la vie active c’est assez naturellement que les jeunes Français font ce choix, guidés par une conjoncture incitative : en moyenne en France, acheter son logement devient plus rentable que de le louer au bout d’1 an et 9 mois.

Jeunes, primo-accédants, une clientèle de choix

Si les jeunes s’inquiètent parfois de leur pouvoir d’achat immobilier, notamment dans les grandes villes françaises où les prix ne cessent d’augmenter, et ne disposent pas toujours d’un apport personnel, les banques font preuve de beaucoup de flexibilité. Dans la sphère bancaire, en effet, les jeunes primo-accédants représentent une clientèle de choix, à la fois nouveaux clients et futurs consommateurs d’autres produits bancaires tels que le livret A ou l’assurance vie. Mieux, ils n’ont pas tous encore quitté la banque de leurs parents et cherchent donc à s’émanciper et à trouver une autre agence où domicilier leurs premiers salaires.

L’apport personnel n’est pas obligatoire pour les jeunes, mais l’épargne est bienvenue

Dans cette période de taux bas où les banques sont contraintes de sacrifier leurs marges, capter une nouvelle clientèle qui pourra à terme souscrire à d’autres produits et services financiers est primordial. Quand on sait qu’un bien immobilier est conservé en moyenne pendant huit ans avant d’être revendu, les banques peuvent donc envisager de bâtir une relation commerciale à moyen terme avec ces nouveaux clients.

30 ans
c’est l’âge moyen du premier achat immobilier

Quant à l’apport personnel, il n’est plus exigé lors d’un achat immobilier même s’il permet souvent de décrocher un meilleur financement et notamment un taux plus avantageux. Sachant que, pour un achat à 150 000 euros, les 10 % d’apport souvent requis représentent 15 000 euros, il peut toutefois être difficile pour de jeunes actifs d’e réunir cette somme. Pour pallier ce manque, les professionnels recommandent aux jeunes qui le peuvent d’épargner chaque mois environ 10 % de leur salaire afin de prouver leur sérieux et leur bonne gestion financière à leur future banque.

Comparer les offres des banques et des compagnies d’assurances

Même si les portes des banques sont grandes ouvertes pour les jeunes acheteurs et les primo-accédants, certaines règles s’appliquent à tous. Il est ainsi conseillé de présenter des comptes sains, sans découvert, et ce, notamment dans les mois qui précèdent la demande de crédit immobilier. Il est, en outre, recommandé d’avoir une situation professionnelle stable.

Les jeunes ne disposant pas d’épargne ou d’un apport personnel, mais qui peuvent se faire aider par des proches disposeront d’un atout supplémentaire.

Enfin, il est conseillé de démarcher plusieurs banques afin de comparer les offres et de faire jouer la concurrence. Non-obligatoire, mais généralement exigée pour la signature d’un prêt immobilier, l’assurance de prêt est plus avantageuse pour les jeunes emprunteurs. Reste qu’il faut là aussi prendre le temps de comparer les offres quitte à faire appel à une compagnie indépendante plutôt que de passer par un contrat groupe proposé par sa banque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *