Crédit immobilier : quelles sont les banques les plus attractives ?

Dans un contexte de hausse des taux, quelles banques offrent les conditions d’emprunt les plus attractives ? L’Anil passe en revue les sept principaux établissements prêteurs. Taux de prêt : la hausse généralisée se poursuit Orientés à la hausse depuis la fin du mois de mai, les taux de prêt immobilier n’en restent pas moins …

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Crédit immobilier : quelles sont les banques les plus attractives ?

Dans un contexte de hausse des taux, quelles banques offrent les conditions d’emprunt les plus attractives ? L’Anil passe en revue les sept principaux établissements prêteurs.

Taux de prêt : la hausse généralisée se poursuit

Orientés à la hausse depuis la fin du mois de mai, les taux de prêt immobilier n’en restent pas moins toujours extrêmement attractifs. C’est en tout cas ce que constate l’Anil à travers son dernier indicateur des taux. « Dans le sillage des emprunts d’État (OAT 10 ans), les taux des prêts immobiliers à 15 ans augmentent entre mai et août, tout en restant bien inférieurs à ceux constatés à la même période en 2014 », souligne ainsi l’Agence nationale pour l’information sur le logement.

Une seule banque baisse ses taux

Comme chaque trimestre, l’Anil compile les données transmises par les sept principaux établissements français pour établir son baromètre des taux de prêt immobilier. Sans surprise l’agence fait état de taux en nette progression par rapport au trimestre précédent. Dans le détail, le Crédit Mutuel tire son épingle du jeu en étant la seule banque à appliquer quelques baisses éparses à son taux fixe sur 15 ans (taux maximum passant de 2,70% au 2ème trimestre à 2,60% au 3ème trimestre). Cet établissement se distingue d’autant plus qu’il s’agit également du seul à proposer un taux minimum sur 15 ans en-deçà des 2% (1,95%). A l’inverse, Cetelem et la Banque Postale enregistrent les progressions trimestrielles les plus fortes avec un taux maximum sur 15 ans s’établissant à respectivement à 3,08% (+0,35 point) et 3,80% (+0,25 point).

Une hausse des taux sans grande conséquence

Si la quasi-totalité des plus bas pratiqués par les banques s’affichent à la hausse (à l’exception du plus bas du Crédit Mutuel qui reste stable à 1,95%), l’Anil note toutefois que « cette évolution limitée ne devrait pas avoir d’effet sur les volumes et prix d’acquisitions à ce stade ». En ordre dispersé, la hausse des taux (toujours pour les plus bas) se porte à +10 points de base pour LCL (2,10%), +15 points pour le Crédit Foncier (2,00%), +20 points pour la Caisse d’Epargne (2,20%) et le Crédit Agricole (2,00%).

A noter que l’indicateur de l’Anil n’a pas véritablement vocation à servir d’outil de comparaison entre les banques mais doit plutôt être perçu comme une base d’information sur laquelle un futur emprunteur pourrait s’appuyer pour faire son choix. Au sein d’un même établissement un taux peut en effet fluctuer de façon importante en fonction des régions, de l’opération envisagée ou encore du profil de l’emprunteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *