Pour certains profils, les taux des crédits immobiliers sont inférieurs à 0,5 %

Nouvelle surprise dans le domaine du prêt immobilier. Alors que les taux avaient atteint des niveaux très bas fin 2018, la remontée tant annoncée se fait attendre. Mieux, des baisses sont enregistrées en février et mars 2019 sur la plupart des durées. Pour les emprunteurs présentant un profil avantageux, la conjoncture permet même d’obtenir un crédit inférieur à 1 %.

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Pour certains profils, les taux des crédits immobiliers sont inférieurs à 0,5 %

En mars, les taux bas permettent de capter les primo-accédants et les emprunteurs les plus aisés

Avec des taux moyens à 1,44 % toutes durées confondues, les crédits immobiliers ont retrouvé leurs niveaux historiques d’octobre 2016. Il faut dire qu’à quelques jours des premiers salons nationaux rythmés par le printemps de l’immobilier, les banques n’hésitent pas à raboter leurs taux de 0,05 à 0,20 point.

En mars, les emprunteurs peuvent bénéficier de taux moyens à 1,30 % sur 15 ans, 1,50 % sur 20 ans et 1,70 % sur 25 ans.

L’objectif des banques, se démarquer de la concurrence, mais également séduire de nouveaux clients grâce à des offres attractives. Les primo-accédants tout d’abord, qui dynamisent le marché et sont de potentiels nouveaux consommateurs de produits bancaires, mais également les ménages plus aisés qui disposent généralement d’une épargne importante.

L’apport personnel et l’épargne pour booster sa capacité d’emprunt

Pour les emprunteurs les plus aisés, ce début d’année permet de réaliser des opérations financières dans des conditions particulièrement avantageuses. Avec des taux moyens à 0,6 % sur 15 ans, 0,85 % sur 20 ans et 1,20 % sur 25 ans, les ménages aisés sont choyés par les banques, en particulier s’ils disposent d’un apport personnel important.

Pour certains, les taux d’intérêt proposés sont inférieurs à 1 %. Avec un apport personnel de 40 000 €, un fonctionnaire breton a ainsi pu bénéficier d’un taux de 0,9 % sur 20 ans. Même logique dans les Pays-de-la-Loire où un couple de médecins trentenaires a signé pour un prêt immobilier à 0,85 % sur 20 ans. Enfin, à Chartres, un couple de retraités a pu financer sa résidence principale grâce à un prêt à 0,55 % sur 10 ans, financé en grande partie par un apport de 100 000 €.

Mais pour certains ménages, les banques ont fait encore plus fort, proposant des taux parfois inférieurs à 0,5 %. Ces cas rares sont généralement illustrés par des prêts immobiliers de courte durée. C’est le cas de ce soixantenaire qui a investi dans sa résidence principale en VEFA grâce à un crédit à 0,45 % sur 7 ans, ou de cet emprunteur disposant de 100 000 € d’épargne et d’un salaire de 3 500 €, qui a pu emprunter dans les mêmes conditions.

Si la plupart des emprunteurs bénéficiant des conditions d’emprunt les plus avantageuses ont une situation professionnelle stable, on remarque que tous ne disposent pas de ressources hors normes. En revanche, des revenus réguliers associés à un apport personnel conséquent semblent faire la différence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *