Prêt immobilier : gain de pouvoir d’achat en vue pour les emprunteurs

Depuis le 1er octobre, les actifs peuvent constater la disparition de la cotisation d’assurance-chômage de leurs bulletins de paie. Des économies à la clé qui ne concernent toutefois que les salariés du privé et excluent donc les fonctionnaires. Pour les futurs candidats à l’acquisition d’un bien immobilier, ce sont de meilleures conditions de financement en perspective.

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Prêt immobilier : gain de pouvoir d’achat en vue pour les emprunteurs

Suppression des cotisations, mais hausse de la CSG : des économies relatives

pouvoir-achat-gainLa suppression des cotisations chômage en octobre fait suite à la suppression des cotisations maladie déjà survenue en début d’année. Pour le Gouvernement, le message est clair, redonner du pouvoir d’achat aux salariés. Et pour faire entendre sa voix, l’exécutif a instauré la mise en place d’une nouvelle ligne en bas de la feuille de paie des salariés indiquant leur gain.

22 €
Pour un salarié du privé au SMIC, la suppression des cotisations chômage représenteront entre 17 € et 22 € net supplémentaires chaque mois

Des économies relatives toutefois puisque ces suppressions permettent avant tout de compenser la hausse de la CSG. Qui plus est, qui dit augmentation de salaire, même minime, implique une augmentation possible de l’impôt sur le revenu. Les salariés concernés devront donc sortir leur calculatrice.

Projet immobilier : de meilleures conditions de financement

Quelques euros supplémentaires sur le salaire net, c’est la perspective de bénéficier de conditions plus avantageuses pour financer un projet immobilier. Qu’il s’agisse de réduire le montant des mensualités, emprunter davantage ou moins longtemps ou encore profiter d’un meilleur « reste à vivre ».

Pour les ménages ayant déjà un prêt en cours, la solution peut consister à utiliser l’option de modularité. Cette option présente dans la plupart des crédits immobiliers permet en effet de moduler les mensualités du prêt à la hausse, entre 10 et 30 % à partir d’un à deux ans d’historique de prêt. Cette modulation permet d’ajuster le montant des mensualités à l’évolution de la situation du ménage et permet dans certains cas de réduire la durée du prêt pour en diminuer le coût global.

Quant aux primo-accédants ou ceux qui envisagent de contracter un prêt immobilier à compter du mois d’octobre, il faudra revoir les calculs avec un peu d’optimisme. Ainsi, un salarié au SMIC verra son pouvoir d’achat immobilier augmenter d’un m². Pour une personne percevant quelque 6 200 € net par mois, l’augmentation pourra atteindre 5,3 m².

Pour rappel, les banques calculent la capacité d’emprunt d’un ménage en fonction de ses revenus et charges. Elles excluent toutefois les charges telles que les impôts ainsi que l’alimentation et les loisirs. Pour qu’un projet soit finançable, le taux d’endettement du ménage ne doit alors pas dépasser 33 %. La suppression des cotisations chômage devraient donc permettre à de nombreux acquéreurs de réaliser leur projet en réduisant leur taux d’endettement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *