Pouvoir d’achat immobilier : vive la concurrence entre les banques !

Depuis plusieurs mois, les ménages sont de plus en plus nombreux à devenir propriétaires de leur résidence principale grâce à un contexte très favorable. La baisse continue des taux d’intérêt, ainsi que ceux pratiqués par la Banque Centrale Européenne (BCE) en sont une première explication. Mais la concurrence que se livrent les banques pour séduire de nouveaux clients est également à prendre en compte. Tant d’éléments qui permettent d’acheter plus grand ou de disposer d’un budget plus important, malgré la hausse des prix de l’immobilier un peu partout en France.

Prêt Immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Prêt Immobilier
  4. Pouvoir d’achat immobilier : vive la concurrence entre les banques !

C’est le moment de devenir propriétaire de son logement

Les taux d’intérêt des prêts immobiliers ont atteint leur plus bas niveau historique. Une situation qui a déjà permis à de nombreux ménages d’accéder à la propriété. Car en plus de ces taux attractifs, les établissements de crédit n’hésitent pas à assouplir leurs conditions de financement. L’apport personnel n’est ainsi plus une exigence, ou du moins, sa part est réduite à son strict minimum.

Quant à la durée des crédits, elle ne cesse de s’allonger, permettant aux emprunteurs, et notamment aux primo-accédants de réaliser un projet immobilier plus ambitieux. Lissé sur la durée, cela leur permet de réduire le montant de leurs mensualités et de préserver leur capacité d’emprunt et leur taux d’endettement.

228 mois
En mai 2019, la durée moyenne des crédits immobiliers a atteint 228 mois (19 ans) contre 200 mois (16 ans et 8 mois) en 2014.

Gain de pouvoir d’achat immobilier : des disparités selon les villes

gain pouvoir achat immobilierGrâce à ces conditions de financement, les ménages sont nombreux à avoir vu leur pouvoir d’achat immobilier s’améliorer au fil des mois. Plus précisément, il a augmenté de près de 36 % depuis 2009, ce qui représente d’autant une augmentation de la surface des biens acquis.

Attention toutefois, cette évolution est variable selon les villes. Ainsi à Bordeaux, Rennes, Lyon et Paris par exemple, les hausses de prix de respectivement 17,2 %, 9,6 %, 8,3 % et 5,7 % en 2018 ont réduit cette hausse de pouvoir d’achat que l’amélioration des conditions de financement a malgré tout permis de soutenir. En 10 ans, les Français ont tout de même vu leur pouvoir d’achat immobilier évoluer dans ces grandes métropoles, atteignant par exemple les + 10,5 % à Paris et + 9 % à Lyon.

Ailleurs, dans d’autres grandes villes françaises, les gains sont plus marqués. Avec des mensualités de 990 € sur 20 ans, il est désormais possible d’acheter 48 m² de plus qu’il y a 10 ans à Saint-Etienne ou au Mans. À Angers, Dijon et Reims, l’augmentation est de 18 m². Nice et Marseille se trouvent en milieu de classement avec respectivement + 12 et + 10 m². Quant à Toulouse, le gain de pouvoir d’achat immobilier permet de s’offrir 6 m² de plus depuis 2009.

Bonne nouvelle : les spécialistes sont formels, cette situation devrait perdurer, au moins pour quelques mois encore, jusqu’en début, voire en milieu d’année prochaine. Une bonne chose pour les ménages qui souhaitent acheter leur logement, et notamment les plus modestes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *